Archives de
Étiquette : pnl

Se plaindre d’un problème sans poser de solution, c’est gémir

Se plaindre d’un problème sans poser de solution, c’est gémir

bebe-917182__180Se plaindre, c’est dans la nature humaine. Il n’y a rien d’inhumain à cela. Rencontrez un être humain et il se plaindra. Cela fait partie en somme de la citoyenneté. Quand on est né humain et que l’on a grandi humain, on a appris à se plaindre.

Cependant, sans développer une intelligence émotionnelle suffisante, tout peut devenir déformé et mal interprété. Et ainsi il en va de la plainte. Se plaindre peut faire de la vie de quelqu’un un enfer.

Car, quand on se plaint, on n’agit pas, on se plaint et c’est tout. Et en faisant cela, on prend toutes les chances de saper et même saboter notre développement personnel, notre potentiel et notre responsabilité. Parce que la relation qui existe entre un être responsable et un être qui se plaint est chargée et significative.

Voyons donc cela d’un peu plus près.

Tout d’abord, notons le contraste :
* La responsabilité, en tant qu’habileté ou pouvoir de répondre décrit nos actions quand nous utilisons notre intelligence émotionnelle pour s’engager dans une action efficace afin d’améliorer les choses.
* Se plaindre, et donc parler à quelqu’un d’autre de son problème, présuppose que nous ne pouvons rien faire, et donc que nous chargeons ce quelqu’un d’autre de trouver quoi faire pour quelque chose qui nous tient à cœur.

En débitant la liste des choses que nous n’aimons pas, qui ne vont pas et en voulant que ce soit l’autre qui change ou qui trouve la réponse – nous évitons nos propres responsabilités.

Et n’est-ce pas justement ce que font les enfants ? N’est-ce pas là une expression de notre manque de contrôle et de notre victimisation.

Ne pas choisir d’agir et de s’engager dans un comportement efficace, préférer parler des choses et réciter toute une liste de ronchonnements et de mécontentements est l’expression de notre manque de contrôle et cela l’accentue encore davantage.

Se plaindre de devoir se lever et d’aller au travail
Se plaindre de ne pas avoir le courage de faire de l’exercice
Se plaindre de n’avoir personne pour vous aider dans un projet
Se plaindre de la nourriture à la cafétéria
Se plaindre qu’il fait froid, trop chaud, qu’il n’y a pas assez d’air frais

Le plus drôle dans tout cela c’est qu’il y a des personnes à qui cela fait du bien de se plaindre. En se plaignant elles se sentent renforcées et elles pensent qu’elles font quelque chose de constructif vis-à-vis de la situation ou du problème quand elles se plaignent.

Si nous voulons trouver quelque chose qui nous déplaît et nous plaindre – nous allons en trouver des milliers. Et en trouver partout.

Après tout il y a tout un tas de choses dans la vie qui peuvent nous irriter, nous ennuyer mais qui, en fait, ne méritent pas de partir en campagne contre elles.

Oui ! Nous devons souvent faire la queue pour quelque chose, oui nous pouvons ne pas aimer la température dans une pièce, oui, quelqu’un peut utiliser un mot qui ne nous plaît pas !

En fait ce que nous recherchons, c’est de trouver une occasion de se plaindre – et elles sont nombreuses, comme vous le savez. Vous en trouverez partout et si vous développez cette capacité à les voir, vous en trouverez de plus en plus.

Alors quoi faire avec les gens qui se plaignent ?
Pouvez-vous les éviter ? Non ! Il va donc falloir apprendre à négocier avec eux !

Et au lieu de vous plaindre des gens qui se plaignent, voici quelques astuces tirées de l’intelligence émotionnelle à appliquer en leur présence.
« Génial ! Qu’est-ce que vous allez donc faire pour résoudre ce problème ? »
« On dirait que vous avez un problème … à résoudre. Comment allez-vous faire cela ? »
« Désolé d’entendre cela (empathie), avez-vous besoin que je vous coache pour accéder aux ressources que vous avez afin de pouvoir ou l’accepter ou le prendre du bon côté, ou apprendre à voir la chose sous une nouvelle perspective ? »

Mais que feriez-vous si vous devez vivre avec une personne qui se plaint et qui en l’occurrence est vous-même ? Voila un défi plus grand !

Au moins avec une personne qui se plaint et qui est extérieure à votre vie, vous pouvez partir. Mais qu’allez-vous faire si cette personne est vous-même ! Vous allez devoir vivre avec elle et partagez tous les moments de la vie.

Alors voici quelques conseils :
– Accédez à des états d’observation et d’acceptation et réduisez le nombre de plaintes que vous créez pour vous-même.
– Jaugez le niveau de souffrance et de misère que vous créez pour vous et rendez-vous compte du prix que vous payez pour vous plaindre toute la journée.
– Imaginez que vous êtes en compagnie d’une personne de qualité, une personne que vous admirez profondément et remarquez alors que votre envie de vous plaindre s’estompe de plus en plus.
– Reconnaissez que le fait de se plaindre est ce que les enfants encore immatures font et donnez-vous des gifles dès que l’envie de vous plaindre vous arrive.

Et prenez une formation en PNL ou allez trouver un Praticien PNL pour enrichir votre développement personnel et trouver quelques bonnes raisons pour prendre en mains les irritations de la vie.

Propos de Michael Hall, Ph.D
Extrait de pnlMag, numéro 09

smiley-210248__180

Pour voir nos formations en PNL, cliquez ici

Pour vous procurer le Magazine pnlMag, cliquez  ici

Les Croyances

Les Croyances

CroyancesChacun d’entre nous, selon son vécu, son environnement familial et culturel, a des croyances.

En quoi croyez-vous?

La réponse est susceptible d’être «plus que vous réalisez». Nous comprenons et gérons le monde qui nous entoure à travers nos croyances, qui peuvent ne pas être parfaites, mais qui sont utiles.

Changer l’esprit est très souvent changer de croyances, ce qui signifie que celui qui veut convaincre doit acquérir une excellente compréhension de ce que sont les croyances et comment elles se forment et comment elles peuvent être changées.

Alors c’est quoi les croyances ?

Voici une définition simple :

Une croyance est une vérité supposée. Ainsi, tout est croyance – y compris cette déclaration.

Nous créons nos croyances afin d’ancrer notre compréhension du monde qui nous entoure et, par conséquent, une fois que nous avons formé une croyance, nous aurons tendance à persévérer dans cette croyance.
Le corollaire de notre définition de la croyance est que si nous savons que quelque chose est vrai, alors c’est plus qu’une croyance et par conséquent c’est une réalité et une vérité vérifiable.

Mais la question délicate maintenant est : «Comment savons-nous que quelque chose est toujours vrai ?»
Juste parce que dans notre expérience cela a toujours été vrai ne veut pas dire nécessairement que cela va continuer à être vrai.

Nous avons l’habitude de nous convaincre que les choses vont se passer comme elles se sont toujours passées, parce que c’est pratique de le penser. En tant que tel, cela signifie que tout est croyance. Ce qui est bon du point de vue de la personne qui veut convaincre, parce que les croyances peuvent être modifiées.

Croyance et langage sont très imbriqués. S’il y a un mot pour quelque chose alors nous croyons que cette chose existe. C’est le langage qui fait que la réalité existe. C’est une des raisons pour laquelle les gens de différents pays ont quelquefois des difficultés à se comprendre les uns les autres. Les croyances sont construites dans la langue et la culture.
Donc comprenons que les croyances des gens sont ce qu’ils supposent vrai. On peut les reformuler ou les recadrer. De cette façon, elles peuvent être modifiées.

La PNL s’attaque aux fausses croyances, en tout cas celles qui nous freinent et nous limitent.
En changeant votre vision du monde, vous pouvez changer vos croyances.
Tout dans votre jeunesse – la famille, la culture, les médias, les pairs, les institutions, les jeux, la musique, les histoires, les sports portent des messages implicites et explicites sur la façon dont le monde fonctionne.

Et si vous étiez un enfant exceptionnel – vous avez tout acheté.

Ce n’est que lorsque vous avez commencé à mûrir -émotionnellement, et par les expériences que vous avez vécues- que vous avez contesté certaines de ces croyances en fonction de qui vous pensiez que vous étiez vraiment.

Dans cette phase de conditionnement vous avez appris sur le monde et ce qui se passe dans ce monde, l’univers, la famille, les relations, la confiance, la santé, le travail, l’argent, les émotions, ce qui est possible, ce qui n’est pas possible, ce qui a de la valeur, ce qui n’en a pas, ce qui est juste, ce qui est mauvais, pourquoi vous êtes ici – essentiellement la signification et le but de tout.

Quand vous atteignez l’âge de dix ans, la plupart de vos valeurs – qui découlent de vos croyances – ont été formées.

A partir de ces croyances, en particulier les croyances fonda-mentales de base, nous construisons un récit sur nous-mêmes, les autres et le monde.
Le monde est un endroit sûr. Le monde est un endroit dangereux.
La vie a un sens et un but. La vie est aléatoire.
Les gens sont essentiellement bons. Les gens sont essentiel-lement mauvais.
On peut faire confiance à la plupart des gens. On doit se méfier de la plupart des gens.
Je suis capable de façonner ma propre expérience. C’est le destin qui contrôle ma vie et je ne peux pas faire grand-chose.
Je suis compétent et solide. Je suis vulnérable et faible.
La vie peut être agréable, facile et satisfaisante. La vie est dure et injuste et il faut se battre.
Travailler, c’est produire, s’épanouir et être heureux. Il faut travailler pour vivre.

Partager c’est s’enréchir et être heureux.  Partager c’est s’appauvrir et devenir malheureux.

Donner et aider, c’est recevoir et s’épanouir. Donner et aider c’est s’appauvrir et se démunir.

A partir de chacune de ces croyances fondamentales, des centaines d’autres sont générées. La question importante est de savoir combien de ces croyances que vous avez adoptées quand vous étiez enfant reflètent qui vous êtes et qui vous voulez être?

Vous pouvez changer votre histoire.

Nous vivons souvent nos vies comme si nos croyances étaient des faits. Or elles le sont rarement.

Mais elles sont tenaces. Pourquoi ? Eh bien parce qu’elles se sont formées ou ont été intégrées dans notre cerveau, elles sont connectées les unes aux autres dans notre système neuronal par les expériences, les souvenirs et les émotions.

Nous nous les répétons à nous-mêmes régulièrement et elles influent donc nos comportements (même si la pratique est tout simplement mentale).
A moins de les examiner, les explorer et les identifier, ce sont elles qui vont diriger notre vie et nous avons le choix.

  • Soit qu’elles nous donnent des ressources,
  • soit qu’elles nous limitent.

    Bien que certaines d’entre elles nous servent utilement, il y en a d’autres qui nous sapent notre énergie et qui font que nous obtenons toujours les mêmes résultats de nos actions.

Gardez à l’esprit que les croyances sont des habitudes de l’esprit – et en tant que telles – cela prend du temps, de la persévérance et de la pratique pour les déloger pour les transformer.

Commencez par les plus petites croyances et vous verrez que même la plus petite branche d’une croyance a des racines profondes et étendues.

• Commencez par identifier vos croyances. Faites une liste. Vous avez des croyances à propos de tout.
Certaines vous soutiennent, d’autres pas.

Sélectionnez les domaines que vous souhaitez mieux comprendre (votre travail, votre santé, vos relations en général ou une relation spécifique) et commencer à énumérer tout ce que vous croyez à ce sujet.

• Commencez par distinguer, sur votre liste, les croyances qui vous boostent et vous servent favorablement et celles qui vous limitent et vous font reculer. Remarquez le changement énergétique qui se passe en vous en pensant aux unes ou aux autres.

• Identifiez l’émotion que vous rencontrez quand vous pensez à l’une de ces croyances (par exemple : Mon nouveau patron est inaccessible, égocentrique et il ne sait pas écouter) (émotions que je ressens quand je crois ceci : frustré, contrarié, anxieux)…
• Identifiez les comportements que vous engagez lorsque vous rencontrez cette croyance et les sentiments qui y sont associés (je ne dis rien, je parle sans arrêt; je me plains à mon collègue)…

Une fois que vous avez commencé ce processus, vous allez commencer à découvrir toute une constellation de croyances, dont beaucoup sont interconnectées. Comme dans l’exemple donné ci-dessus vous verrez que beaucoup de ces croyances vous ont emprisonné dans des ornières.  Elles sont improductives et elles épuisent votre énergie.

Même lorsque nous nous trouvons dans des circonstances extérieures difficiles (comme avec un patron qui n’est pas une personne très accessible, empathique ou curieuse) s’en tenir à certaines croyances ne va pas améliorer la situation, cela ne fera probablement qu’exacerber le problème.

Avec les croyances, nous nous heurtons à la question essentielle de ce qui est sous notre contrôle – et ce qui ne l’est pas. Dans le cas du patron inaccessible, que croyons-nous pouvoir changer ?  Le patron, la politique de l’entreprise ou notre comportement ?

Explorer nos croyances – de la plus petite à la plus profonde et fondamentale – exige que nous prenions la responsabilité de ce que nous pensons -ressentons – et, finalement, faisons dans une situation particulière.

Extrait de « La Vérité simple de la PNL » sur Google Play

C’est quoi l’hypnose ?

C’est quoi l’hypnose ?

..L’hypnose est un sujet sur lequel chacun a son opinion et que peu de gens ont expérimenté.
L’hypno-thérapie, quant à elle, est un sujet sur lequel les gens n’ont pas d’opinion ou qu’ils ignorent totalement.

Une transe hypnotique est un moyen de QUITTER L’ENCHAINEMENT des transes que nous vivons constamment pour entrer dans les ressources que nous avons et que nous ignorons avoir !!!
La réalité est que nous sommes CONSTAMMENT en transe.

Dans ce que nous appelons : « transe hypnotique », le terme « hypnotique » lui-même n’est là que pour désigner le « déclenchement volontaire » de cet état précis que nous vivons CONSTAMMENT.

En fait le terme « hypnose » veut dire : déclencher sur commande une « AUTRE » transe et/ou déclencher sur commande une transe spécifique.

En hypno-thérapie,  nous déclenchons chez le sujet des transes spécifiques pour régler des problèmes spécifiques, et ensuite nous le sortons de cette transe « commandée », créée, introduite, ou générée.

Ce que nous appelons, TOUS, notre état « normal » n’est en réalité qu’une série de transes qui s’enchaînent l’une après les autres dans une plus GRANDE TRANSE !!! Qui n’est autre que notre raison d’être.

Nous sommes dirigés par nos patterns (nos programmes) et rarement nous avons notre mot à dire dans nos comportements et souvent même RIEN du tout !!!
Quelle est donc la différence entre l’hypnose et l’hypno-thérapie ?
Il est important de comprendre que l’hypnose et l’hypno-thérapie sont la même chose.
La différence notable qui existe entre les deux est que pendant que l’hypnose apporte ou induit à la transe hypnotique dans le but de se divertir et pour le divertissement, l’hypno-thérapie induit à la transe dans le but de l’exploiter au moyen de suggestions rigoureusement précises et sélectionnées pour apporter des modifications précises, des changement notables, ou pour totalement supprimer des patterns ou des programmes inconscients non désirés…

Ces patterns pourraient être des émotions négatives qui pourraient être liées à des événements vécus par le passé. Des mauvaises habitudes, des peurs insensées telles que les phobies, les allergies, le traitement de la dépression, les troubles du comportement, certaines pathologies telles que l’incontinence, l’impuissance, l’éjaculation précoce,  la douleur, certaines addictions…etc.

L’hypnose existe depuis que les êtres humains ont commencé à parler et cela comprend « entrer en transe ».
L’hypno-thérapie utilise la transe pour aider à atteindre un objectif précis, créer un changement positif de la pensée, aider à résoudre un problème....

Alors que l’hypnose est vieille de plusieurs siècles, l’hypno-thérapie, comme toutes les autres thérapies utilisant le langage, est une pratique relativement récente.
L’hypno-thérapie est une technique puissante. Elle peut vous aider à changer des croyances négatives et à réaliser vos objectifs, traiter des problèmes émotionnels sérieux, et alléger toute une série de conditions médicales.
Vous avez sans doute déjà entendu parler d’un collègue ou d’un ami qui a arrêté de fumer avec une simple séance d’hypnose, ou qui s’est débarrassé d’une phobie définitivement grâce à l’hypnose.
Un hypno-thérapeute peut aussi vous montrer comment pratiquer l’auto-hypnose afin d’atteindre une infinie variété d’objectifs personnels.

L’hypnose : un phénomène naturel.

La toute première chose à savoir c’est que l’hypnose est une chose sûre.
Etre hypnotisé est semblable à être somnolent ou en train de rêver éveillé.
Comme nous allons le voir, vous avez été très certainement en transe chaque jour de votre vie !

L’hypno-thérapie est tout simplement une méthode pour vous mettre dans un état de transe que vous connaissez et expérimentez tous les jours et plusieurs fois par jour sans vous en rendre compte, afin de vous aider à régler vos problèmes.
Quand vous êtes en transe hypnotique, vous êtes complètement conscient des mots qui sont prononcés par l’hypno-thérapeute. (si une alarme incendie venait à se déclencher ou si toute autre situation de danger venait à arriver- vous seriez capable de sortir immédiatement de la transe pour réagir).
Combien de fois vous est-il arrivé en conduisant votre véhicule de vous rendre compte que depuis quelques kilomètres vous conduisiez de façon machinale ?
Au volant, vous n’avez pas commis d’erreur et pourtant votre attention était ailleurs.
En langage courant, vous étiez « dans la lune ». En réalité, vous avez vécu ce qu’on appelle une transe hypnotique.
L’hypnose est un phénomène parfaitement naturel que chacun expérimente plusieurs fois par jour. Pour cela il suffit par exemple d’être pris dans une activité mécanique et répétitive et de laisser son esprit vagabonder. En clair, en cessant de nous concentrer sur tout ce qui nous entoure et en nous focalisant sur un point, une sensation ou une pensée précise, nous glissons progressivement vers nos perceptions intérieures.
La réalité extérieure ne disparaît pas complètement, (en voiture nous sommes par exemple capables de freiner lorsque la voiture devant nous ralentit, mais l’essentiel de notre attention est centré ailleurs).
Un monde de perception.
Les hypno-thérapeutes définissent la transe comme un état de conscience modifiée.
Dans cet état, une attention particulière se porte sur les perceptions que nous éprouvons. Des sensations comme la vitesse, l’équilibre, la peur ou le toucher deviennent des objets presque concrets. (Des objets sur lesquels nous avons prise et que nous pouvons modifier).

Et si l’on peut modifier ses propres perceptions, on peut aussi les changer. C’est justement cela qui intéresse la médecine.

Les premiers écrits vérifiables d’une séance d’hypnose datent d’il y a 3 000 ans, en Egypte sous Ramsès II, 20e dynastie ! Il s’agit d’une stèle découverte par Musès en 1972.

L’hypnose a existé un peu partout dans le monde, comme en Europe (druides et prêtres), et jusqu’au fond de l’Afrique, de l’Amérique, de l’Australie et sur la banquise (sorciers, chamans, etc.). Partout, on retrouve des coutumes de soins et des rituels qui incorporent certains éléments de notre hypnose thérapeutique moderne.

Hypnose et médecine : une vieille histoire.

L’hypnose et la médecine ont connu un premier mariage tumultueux au 19ème siècle.

La première application de l’hypnose a probablement concerné le traitement de la douleur.
Alors que les médecins ne disposaient encore d’aucun antalgiques, diverses pratiques,  que l’on définirait aujourd’hui comme de l’hypnose, avaient cours, en particulier parmi les chirurgiens.
En 1841, James Braid, chirurgien écossais, invente le mot « hypnose » (Hypnose : dieu du sommeil, dans la mythologie grecque).
En 1866, le médecin Ambroise-Auguste Liébault persuade le professeur Hippolyte Bernheim de l’importance de l’hypnose. C’est le début de l’école de Nancy.

En 1878, Jean-Martin Charcot fonde l’école de la Salpêtrière. Pour lui, l’état d’hypnose est un état pathologique rattaché à l’hystérie ! Et pour cause, dans le service où il travaillait, il ne voyait que des femmes hystériques.
A l’époque, c’est le début de la fameuse « bataille » entre l’école de la Salpêtrière et celle de Nancy : « état pathologique » contre « état naturel ».

En 1885, Sigmund Freud, alors âgé de 29 ans, cherche à se convaincre lui aussi de la réalité du phénomène hypnotique et de son importance pour la compréhension des processus psychiques. En 1889, il achève sa formation en hypnose, mais abandonne rapidement la technique qu’il juge trop autoritaire…

Aujourd’hui l’hypnose n’a plus rien à prouver, elle est bel et bien l’outil préféré des publicistes….

C’est quoi le Coaching ?

C’est quoi le Coaching ?

Il y a cette histoire de deux marins, (à l’image de la plupart des couples modernes), ces deux marins avaient beaucoup bu et  décidé de prendre leur bateau pour une balade. Ils ramèrent, mais n’avancèrent pas. Chaque homme  commença à accuser l’autre de ne pas faire ce qu’il fallait pour faire avancer le bateau.

Alors les deux hommes ramèrent avec concentration jusqu’à l’épuisement. Ayant sué tout l’alcool qu’ils avaient ingurgité, l’un d’entre eux dit sobrement « Tom, pourquoi n’avons-nous pas simplement remonté l’ancre !

_______________

« Quel est son nom ? » a demandé un visiteur dans un atelier de sculpteur, après avoir regardé et remarqué, parmi des sculptures de nombreuses divinités, une dont le visage était caché par les cheveux et avait des ailes sur ses pieds.
– « Opportunité », répondit le sculpteur.
– « Pourquoi son visage est- il caché ? »
– « Parce que rares sont ceux et celles qui la reconnaissent quand elle vient à eux.  »
– « Pourquoi a-t-elle des ailes sur ses pieds ? »
– « Parce qu’elle va bientôt disparaître, et une fois disparue, on ne peut plus la saisir et en profiter. »

__________________

Garçons, filles, hommes et femmes partout dans le monde, écoutez cela ! Avec cinq chances sur chaque main et un indéfectible objectif de grandir et de s’améliorer, nul est besoin de revendiquer sa pauvreté ou son désespoir.

Il y a de la nourriture pour tous ceux qui ont l’appétit du succès. Peu importe où vous soyez né ou quelles cartes vous ont été distribuées. Si votre esprit est énergique et dominé par un objectif déterminé, aucun homme ou aucune circonstance ne peut vous tenir bas.

_____________

La vie c’est ce que nous en faisons.

« A partir des mêmes matériaux les uns construisent des palais et les autres des taudis. »

Le monde nous réserve exactement ce que nous sommes disposés à lui offrir. Notre existence quotidienne est un miroir qui reflète toutes les mimiques ou grimaces que nous faisons. Si nous sommes déterminés à souffrir, nous souffrons.  Si nous sommes déterminés à gagner, nous gagnons.

Quoi que nous disions des autres, nous pouvons être sûrs que cela est dit de nous.

Nous ne trouvons rien dans ce monde que nous ne trouvons d’abord en nous-mêmes.

Si nous sommes enclins à rechercher la faute dans la plupart des gens, notre monde sera rempli de déceptions. Toutefois, si nous pardonnons par nature, nous aurons tendance à nous concentrer sur les bonnes actions des autres et nous serons inspirés quotidiennement.

« Chacun est l’enfant de ses propres œuvres.« 

 » Je suis persuadé que chaque fois qu’un homme sourit, et beaucoup plus quand il rit, il ajoute quelque chose à sa vie. »

« Il y a de la rosée dans une fleur et pas dans une autre parce que l’une ouvre sa corolle et la rosée y entre, alors que l’autre se ferme et la goutte de rosée tombe au sol. »

Certaines personnes passent chaque jour un peu comme une abeille ; elles se concentrent sur la collecte du miel de chaque fleur. D’autres passent leur journée comme une araignée, portant leur poison à autant de victimes qu’elles peuvent trouver.

Quelle est votre excuse pour vous permettre le luxe de vous apitoyer sur vous-même ?

Sans aucun doute, c’est le plus paresseux et le plus radin des hommes (ou femmes) qui toujours se plaint de ce que la chance et la bonne fortune l’ont abandonné. Il est installé à regarder la télévision et se préoccupe de ses DVD et de ses jeux vidéo et joue pendant des heures et des heures et déclare qu’il a droit à plus que ce qu’il mérite et à juste titre.

Il a été dit que la chance arrive quand la préparation et la possibilité se rencontrent.

Préparez-vous pour une plus grande opportunité ou parlez-vous seulement d’un jour (quand vous aurez plus de temps) où vous allez faire ceci ou cela ? Quel est le dernier livre vous avez lu ? Parlez-vous d’un grand avenir, pendant que vous continuez à faire les mêmes tâches banales au jour le jour ?

Ouvrez vos yeux vers un avenir meilleur. Ceux dont les yeux sont ouverts ne manquent jamais de découvrir les possibilités et les opportunités partout où ils vont ; ouvrez vos oreilles et vous ne manquerez jamais de détecter les cris de ceux qui cherchent votre aide, ouvrez vos mains et faites le travail noble qui vous sera demandé.

« Êtes-vous sérieux ? Saisissez cette minute ;
Ce que vous pouvez faire ou rêvez que vous pouvez faire, commencez-le maintenant ! »

Si vous attentez que votre bateau arrive, sachez qu’il ne viendra pas sans effort persistant de votre part. Et même s’il arrive, aurez-vous le courage de quitter la rive ?

Pourquoi laisser passer un jour de plus sans rien faire, faites usage de tout ouvrage ou de toutes citations que nous vous donnons ici ou des ressources que votre bibliothèque locale à offrir.

Êtes-vous inquiet que toutes les terres de votre pays soient déjà exploitées ? Est-ce que toutes les bonnes places dans votre domaine d’intérêt sont prises ? Est-ce que toutes les ressources du pays sont asséchées ?

N’existe-t-il aucun moyen, pour vous, d’utiliser votre temps libre pour vous améliorer vous-même et aider d’autres à devenir meilleurs ?

Est-ce que la vie moderne de la concurrence est si féroce que vous ne devriez vous contenter que d’un maigre gain d’existence ?

N’attendez pas que l’occasion vienne d’elle-même, allez la construire ! Lisez ce que nous avons à vous dire pour commencer. Faites comme tous les dirigeants, hommes et femmes, qui ont appris des autres et ont créé leur propre manière d’être. Utilisez ce que votre créateur vous a déjà donné et mettez-vous à compter ce que vous avez et non pas ce que vous n’avez pas .

Né « Désavantagé »

La nécessité est l’inestimable « embranchement ».

« Être fauché n’est pas aussi grave que d’être pauvre. Pauvre, est un état d’esprit. »

Nés pour être pauvres ? Destinés à rester dans les inconvénients ? Quel non-sens !

Les plus grandes histoires de réussites de notre temps commencent par l’histoire de pauvres et de défavorisés qui ont choisi de ne pas accepter leur sort.

Ce sont des récits inspirants de personnes qui ont déclaré que rien ne leur sera refusé et que tout est à leur disposition grâce à un travail acharné et à leur détermination.

Nés pour être pauvres ? Destinés à rester dans l’inconvénient ? Non-sens !
Quoi que ce soit que vos parents n’aient pas été en mesure de vous fournir, vous pouvez l’obtenir par vous-même par de simples visites régulières à la plus proche bibliothèque publique ou en utilisant la technologie du WWW.

L’éducation est la clef pour l’évolution de votre position dans ce monde. Equipez-vous avec les outils mentaux nécessaires pour que les chances empruntent votre chemin…

«Je suis né dans la pauvreté», a déclaré le vice-président Henry Wilson. « Je sais ce que c’est que de demander à une mère du pain quand elle n’a rien à donner. »
Son histoire est un cas de coaching personnel à raconter.

Wilson a quitté le foyer familial à l’âge de dix ans, et il a fait un apprentissage de onze ans tout en recevant seulement un mois de scolarité par an. À l’âge de vingt-et-un ans, Wilson a trouvé un travail comme gardien de vaches. Malgré ses longues journées, il a exploité chaque minute disponible pour poursuivre ses études.

Il était déterminé à ne jamais perdre une occasion pour apprendre, devenir meilleur, ou pour son propre développement personnel. Peu d’hommes et de femmes comme Wilson ont compris la valeur du développement personnel en utilisant uniquement leurs moments libres et de détente. Wilson a réussi à lire un bon millier de livres.
Une leçon pour les garçons et les filles pauvres partout !

Après seulement douze ans plus tard, M. Wilson se tenait coude à coude avec les personnages les plus influents du Congrès Américain. Avec Wilson, chaque occasion a été une grande occasion pour apprendre et grandir.

La pauvreté, c’est vraiment terrible et elle peut parfois tuer notre âme, mais c’est le vent du Nord qui donne des coups de fouet aux hommes pour en faire des Vikings et c’est le vent du Sud qui berce les rêves de lotus dans la douceur luxuriante « .

Elihu Burritt, connu sous le nom du « Forgeron érudit » « Blacksmith Learned », travaillait à la forge pendant dix à onze heures par jour. Pendant qu’il travaillait il s’amusait à résoudre des problèmes mathématiques dans sa tête.

Dans son journal, les jeunes d’aujourd’hui peuvent lire l’étonnant travail fait par Burritt.

Burritt maîtrisait 18 langues et 32 dialectes. Plus tard, Edward Everett cita Burritt comme exemple pour les jeunes d’aujourd’hui. L’exemple de Burritt est assez pour faire en sorte que tout jeune garçon (ou fille) qui est béni avec de bonnes possibilités d’éducation se cache le visage de honte s’il ou elle choisit de ne pas tirer parti de sa bonne fortune.

Un autre excellent exemple de l’épanouissement personnel est celui de Thomas Edison. Edison est passé de situations dramatiques en situations dramatiques, les unes après les autres – mais toujours en les maîtrisant – avant d’être couronné à un âge précoce de la reconnaissance scientifique mondiale.

Lorsqu’on lui a demandé le secret de son succès, Edison a répondu: «J’ai toujours été d’une abstinence totale et singulièrement modéré en tout, sauf au travail».

« Toute calamité n’est pas une malédiction, et l’adversité est souvent une bénédiction. On apprend en surmontant les difficultés, mais on se donne aussi du courage pour affronter les difficultés à venir. »

Tôt dans les années 1800, une pauvre femme de couleur dans une cabane dans le Sud avait trois fils, mais elle n’avait les moyens d’acheter qu’un seul pantalon pour les trois pour aller à l’école. Elle voulait cependant que ses fils reçoivent une éducation, elle a donc décidé de les envoyer chacun à leur tour à l’école et ainsi chaque enfant fréquentait la classe tous les trois jours.

L’institutrice s’était vite rendu compte de la chose, mais connaissant la misère de la mère, elle laissa donc les enfants venir en classe chacun leur tour par épisode.

La mère, qui refusait que ces enfants soient élevés « comme des pauvres » fit donc de son mieux et tant et si bien que l’un de ses garçons devint professeur, un autre physicien et le troisième pasteur. Quelle leçon de coaching en développement personnel pour tout garçon et toute fille qui plaide de n’avoir eu «aucune chance» comme une excuse pour gaspiller leur vie !

Si vous attentez que votre bateau arrive, sachez qu’il ne viendra pas sans effort persistant de votre part. Et même s’il arrive, aurez-vous le courage de quitter la rive ?

Le monde des gagnants est petit mais non peuplé ; quand vous aurez compris que ce que vous savez ou connaissez n’est pas suffisant ni complet, vous traverserez le pont qui sépare le monde des spectateurs de celui des acteurs. Vous apprendrez comment aller contre le sens vers lequel se dirige la foule et vous serez surpris de voir comment la foule s’écarte et cède le passage à un individu qui sait où il va…

A quoi sert la PNL ?

A quoi sert la PNL ?

fish

« Ce n’est pas tellement important qu’une personne soit née c’est ce qu’ elle va décider d’être ou de devenir… »

Un individu avec savoir est impropre à l’esclavagisme…

Vous avez deux ennemis, et c’est un fait !!!
Le premier, c’est vous-même, le deuxième, c’est la culture dans laquelle vous baignez.
Dans votre quête quotidienne de plaire vous êtes amenés à vous conformer à ce que vos semblables vous paraissent applaudir.
Et pour continuer à plaire vous êtes amenés « à suivre ».
Dans cette quête de plaire… Vous risquez d’emprunter un chemin qui ne mène nulle part ou peut-être si, à la déception !
Alors vous allez sûrement vous en vouloir.
Et vous allez vous dire :
« Ah, si seulement je pouvais avoir tracé mon propre chemin, je saurais me retrouver ! »
Car, celui qui ne sait pas où il va…N’arrivera nulle part.
Il a été dit que si tu ne traces pas ton propre plan de vie….Tu te retrouveras dans un plan que tu n’auras pas tracé…Et dont tu ne possèdes pas les règles.
Si ce n’est pas trop tard, arrête de tuer le temps et arrête de faire semblant, car ta vie n’est qu’un temps!
S’il n’est pas trop tard.
Arrête de suivre, car la foule ne va nulle part.
Sors de ta zone de confort et prends le risque de perdre tes repères, les découvertes se font seulement quand on sort.
Arrête un instant et écoute la vie…Elle a sûrement plein de choses à te dire.
Ecoute « maintenant ». Car ce qui te reste à vivre en dépend.
Arrête de chercher à avoir et commence par chercher à devenir.
Tu sauras comment faire dès que tu arrêteras de suivre.
La montre, le stylo, la voiture et les vêtements avec le nom des autres disent que tu n’est  q’un autre !
S’il n’est pas trop tard.
Retrouve-toi et montre qui tu es et non pas ce que tu as, l’épaisseur de ton portefeuille en dépendra.
Es-tu un suiveur ou un leader ?
Dans le brouhaha de la foule, cherches-tu à être entendu ou à être écouté ?
L’humanité a besoin de toi pour calmer sa soif du superflu.
Seule ton identité restera et elle n’a pas besoin de garantie.
Alors ton identité ne dépendra pas de ta communauté.
Et peut-être bien que tu as besoin d’arrêter de chercher à briller et commencer a éclairer.
Car ce qui brille n’éclaire pas !
Laisse l’étincelle en toi se transformer en un faisceau de lumière qui éclaire ton chemin car ton équilibre en a besoin.
La sécurité que tu cherches est là, écoute l’opportunité parler quand elle dit :« Ils me font du tort ceux qui pensent que je ne viens plus ! Quand je viens et frappe à leurs porte et qu’ils ne sortent plus !
Je suis toujours là, je me tiens sur le seuil de la porte de ceux qui se lèvent et qui se disent :Je peux et je veux.
 Apprends à devenir en utilisant ton imagination et ta réflexion car ta mémoire peut te jouer des tours.
Et saches que l’imnlp-p est là pour t’aider à devenir meilleur.
 Vol-du-Poisson-Rouge1
Sors de ta zone de confort. S’il existe une chose que j’ai apprise, c’est que peu de choses arrivent dans notre zone de confort.
Alors apprends à la quitter de temps à autre.
Et souviens-toi qu’il y aura toute la sécurité que tu cherches quand tu seras six pieds sous terre.
A ce moment-là il sera trop tard aussi.
Si tu penses que tu ne peux pas alors tu ne pourras pas et si tu penses que tu peux alors tu pourras,dans les deux cas, tu auras raison !!!
Mais c’est toi qui paieras!!!

———————————————————————————————–

Afin de continuer à transmettre de la façon la plus pratique, la plus complète et la plus efficace, la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) le coaching, l’hypnose et l’hypno-thérapie, la pensée latérale,… ainsi que le développement personnel et mettre tout ce savoir à la portée de tous, notre association vous donne la possibilité de :

1 – Récupérer n’importe quand, (pas de limitation dans le temps) la totalité de vos frais d’inscription en inscrivant vos amis ou des membres de votre famille à notre formation certifiante de praticien PNL.(Vous recevrez la totalité de votre paiement dès que nous recevrons la 2ème inscription parrainée par vous.)

2 – Payer les frais de votre formation en 4, 6, 10 ou 20 versements selon la formation de votre choix.

Nos diplômes respectent le standard NLP International et sont reconnus:

logonlp

   …
La certification que nous proposons est la plus complète, la plus sérieuse, la plus assimilable, la plus fonctionnelle et la plus transposable des formations disponibles, tous formats confondus.

Cours disponibles

 

La PNL, qu’est-ce que c’est ?

La PNL, qu’est-ce que c’est ?

 

La PNL est un ensemble d’idées qui proviennent de quelqu’un qu’on peut considérer extra-terrestre. Cet « extra-terrestre » a surveillé l’humain; il a surveillé l’humain exceptionnel et l’humain commun ou si vous préférez : l’humain normal.
Cette idée extra-terrestre, comme toute idée, a commencé dans le cerveau et elle a subi un processus. Ce processus n’est autre que la collecte d’informations et cette collecte d’informations a engendré et subi des tests de vérification.
Cet ensemble a créé naturellement des réflexions sur cette information une fois testée et vérifiée.

Nous avons donc à l’origine le Docteur Bandler et le Docteur Grinder qui ont réuni de l’information auprès de praticiens précis tels que Virginia Satir qui faisait de la thérapie familiale et qui se servait uniquement du langage, à la fois pour résoudre les problèmes familiaux et, en même temps, pour soulager ses clients de la peine, du chagrin et d’autres souffrances psychologiques.

Ils ont surveillé aussi le fameux hypno-thérapeute, le Docteur Milton Erickson qui, lui aussi, se servait du langage pour débarrasser ses clients de maladies physiques et psychologiques.

Les créateurs de la PNL, étant en quelque sorte des extra-terrestres, ils ne se contentaient pas -en collectant leurs informations-, d’enregistrer le langage ou les communications verbales de leur source d’informations (Milton Erickson, Virginia Satir, etc.) ; « ils pénétraient » à l’intérieur du monde et de la carte internes de ces thérapeutes pour prendre des clichés de ce qui se passait de façon inconsciente et spontanée, du processus qui déclenchait le langage de ces thérapeutes, sous forme de questions, réponses, ripostes, etc…

Souvent ces thérapeutes (Virginia Satir, Milton Erickson…) n’étaient même pas conscients de leur propre processus interne et ne pouvaient pas expliquer eux-mêmes la spontanéité de leur langage et leur interaction avec leurs patients.

Nous avons donc des praticiens en thérapie du langage qui ont fait leurs preuves et étonné à la fois leurs patients et leur entourage et nous avons ces deux extra-terrestres (Bandler et Grinder) qui sont là en train de les observer et qui sont plutôt concernés et occupés par une seule question qui est : « Qu’est-ce qui se passe à l’intérieur de ce thérapeute de façon inconsciente et qui lui permet de générer, de façon spontanée et naturelle, cette question ou cette réponse ou ce comportement ? »

Une fois qu’ils ont répondu à cette question primordiale, ils se sont lancé le défi de créer ce que nous appelons la Programmation Neuro-Linguistique. Et par conséquent la Programmation Neuro-Linguistique se propose comme un système de modélisation.

Bien entendu pour modeler quelque chose, nous avons besoin de matière et d’outils.
Cet ensemble : (une fois que nous avons la matière en notre possession et la procédure et la technique pour modeler cette matière, nous aurons besoin d’outils pour ce faire).

Mais comment allez-vous modeler quelque chose si vous ne savez pas quoi ni pourquoi ?
Car si vous ne savez pas ce que vous voulez modeler ni pourquoi vous voulez modeler quoi que ce soit, vous allez, au mieux, faire une copie de quelque chose qui existe.

Et nous ne voulons pas faire des faussaires bien que nous soyons dans une société de faux et de fausse évolution.

Alors, comment exploiter la PNL ou comment tirer profit de la PNL ?
Eh bien la réponse est à la fois simple et compliquée.
Elle est compliquée du fait que nous tous, nous avons été modelés et ce modelage nous a conditionnés pour réfléchir selon des paramètres précis qui sont limités par une sorte de frontière. Les anglophones appellent cela « réfléchir depuis la boîte ».

Et malheureusement nous le faisons tous parce que le conditionnement, qui nous a été imposé, exploite notre besoin individuel de plaire, d’être applaudi, de nous entendre avec les autres, etc. Par conséquent, nous réfléchissons tous depuis la même boite !

Simple, parce qu’il suffit de réfléchir « en dehors de la boîte ».

Le problème est le suivant :
Pour réfléchir nous avons besoin de « data » (données, informations) et pour réfléchir sainement nous avons besoin de « data » propres, vraies, justes, saines et non pas contaminées ni manipulées.

Autrement, si nous nous engageons dans le processus de réflexion et que nous nous servons de données contaminées ou fausses ou injustes ou manipulées, le résultat de nos réflexions va être erroné et les conséquences vont être dramatiques pour nous et les autres.

Pourquoi la PNL nous provient d’un monde plutôt extra-terrestre ?
Eh bien, si on regarde sur quoi les créateurs se sont basés pour construire leur raisonnement et leur savoir, ils ne se sont pas contentés de poser des questions (du genre : «Pourquoi avez-vous répondu bla bla bla ? », « Pourquoi avez-vous suggéré bla bla bla?»), ils sont plutôt allés chercher leur data, leur information, là où elles étaient, c’est-à-dire dans le processus interne et inconscient du thérapeute. Et ils ont pris sur eux-mêmes de vérifier l’exactitude des informations cueillies avant de construire leur raisonnement et leur ensemble thérapeutique.

La PNL, donc, a été créée à partir d’une seule idée. Cette idée n’était qu’une sorte de vapeur dans la tête de ces individus. Cette idée est devenue une réalité parce que les raisonnements qui ont construit cet ensemble se sont servis d’informations justes, vraies et non contaminées.

Pourquoi a-t-on besoin de la PNL ?
Nous avons besoin de la PNL pour plusieurs choses mais surtout et avant tout parce que, individus comme nous le sommes, nous ne sommes rien sans nos idées et sans notre capacité de réflexion.
Le problème est le suivant :
Chacun de nous peut générer pas mal d’idées et chacun de nous est capable de réfléchir. Mais la première question qui se pose est :
Comment savez-vous que vos idées vous sont personnelles et uniques ?
Et la deuxième question : Comment savez-vous que l’information qui vous sert de base pour réfléchir n’est pas fausse ou du moins n’est pas contaminée ?
Après tout, s’il y a quelqu’un qui doit s’intéresser à quelqu’un d’autre, c’est bien vous qui devez vous intéresser à vous-même et à ce qui se trime dans votre tête!!!

N’êtes-vous pas vos propres idées et vos propres pensées ?

Que seriez-vous si vous n’aviez pas d’idées et si vous n’étiez pas capable de réfléchir pour vous-même ? Un « morceau de viande », me direz-vous !

Et que croyez-vous que vous seriez si vos idées et le résultat de vos réflexions n’étaient pas les vôtres ?

Mais qu’en fait ce que vous pensez être vos idées et ce que vous pensez être vos réflexions vous ont été suggérées et introduites de façon volontaire pour un but précis qui est de faire de vous un être humain « commun » et qui se croit spécial et unique.

Il a été dit qu’un homme avisé en vaut deux. Mais deux, dans un monde commun, ne suffisent pas. Cela ne fera que deux fois des idées communes et ordinaires et deux combattants l’un derrière l’autre.

Alors si vous pensez que vous êtes unique et spécial, vous vous devez à vous-même d’apprendre comment réfléchir «en dehors de la boîte» car Monsieur Tout Le Monde n’existe pas, il n’y a que les troupeaux et quelques bergers.

A.B.

Présentation de la PNL

Présentation de la PNL

Nous avons des modèles, des habitudes, des stratégies, des programmes pour toute chose que nous faisons, quelques uns de ces modèles nous servent, d’autres ne nous servent pas ou ne nous servent plus. (Ces derniers) pourraient des fois être négatifs ou néfastes.
Vous êtes peut-être conscient de vos modèles et de ceux qui posent problème.
Peut-être que vous ne devenez conscient de quelques-uns de vos modèles que lorsque quelqu’un vous les fait remarquer, vous en parle, ou vous les reproche.
Vous choisissez peut-être de les ignorer ou de les cacher pour ne pas affronter cette partie de votre vie.
Il existe sûrement d’autres modèles dont vous n’êtes pas conscient et qui continuent d’influencer comment vous gérez votre vie et par conséquent ce que vous pensez de vous-même, la façon dont vous vous traitez (vous-même) ou la façon dont vous communiquez avec les autres et vous-même.
Si vous avez des modèles qui vous aident et vous apportent le contrôle sur certains aspects de votre vie, tant mieux.
Mais si vous en avez d’autres qui posent problème dans d’autres aspects de votre vie et ne sont pas très supportifs, alors peut-être que vous avez besoin de les découvrir afin de les modifier et/ou de les changer pour les utiliser à votre avantage afin d’obtenir de la vie ce qu’elle a à vous apporter….
Le terme modèle, en anglais «patterns» veut dire en PNL : la stratégie que nous utilisons. Il se réfère à l’approche architecturale pour la construction de notre raisonnement et notre « logique ».
C’est un peu comme une série de moules dans une fonderie ou une usine de plastique, on peut y mettre différents matériaux de différentes couleurs et qualité mais on obtient constamment les mêmes pièces et la même forme selon le moule utilisé. La couleur, la solidité peuvent changer mais les objets obtenus sont similaires.
Ainsi dans notre vie, les patterns (modèles) que nous utilisons ressemblent à une série de patrons qu’un tailleur utilise pour fabriquer les vêtements qu’il propose à ses clients.
La qualité des tissus, la qualité des motifs, les nuances de couleurs, seront toujours limités par la forme et le style du patron avec lequel ils ont été coupés et conçus .
La couleur, la qualité du tissu, les motifs des imprimés, le temps qui à été nécessaire pour les fabriquer et même le prix de vente demandé, n’auront aucune importance aux yeux du client si la coupe et le style du vêtement sont médiocres et communs.
C’est donc la forme et la qualité du « design » des patrons utilisés qui vont faire du tailleur un bon ou un mauvais tailleur et non pas la qualité du tissu ou des couleurs utilisés ni même la quantité du travail.

La PNL, va plus loin et nous dit que le monde ne cesse d’évoluer et que non seulement nous avons besoin de disposer (comme le tailleur) d’une série de patrons de qualité mais elle nous donne les moyens d’adapter ces patrons pour chaque problème et pour chaque aspect de notre vie ou celle de notre client.
Elle nous donne aussi les secrets du designer afin de nous permettre d’en concevoir de nouveaux qui tiennent compte de la mode et de l’évolution qui nous sont imposées…
Praticien en PNL (PLUS)

Praticien en PNL (PLUS)

Praticien en PNL (PLUS)

 ( Durée d’inscription 1 An).

.Français Suisse: 1290 CHF, soit : 215 CHF/6 mois.

* Cette formation vous fait bénéficier de notre garantie SATISFAIT OU Remboursé
30 jours à compter de la date de votre inscription +  Droit au parrainage.